Loi Pinel : l’immobilier un investissement sûr

Par: Laura Montgomery

Sommaire:

La loi Pinel a été instaurée en 2015 dans le but d’inciter les français à investir dans la location et dans la construction immobilière, surtout dans les zones dites tendues où la demande est forte et surpasse l’offre.

Cette loi est très intéressante pour les investisseurs car elle leur promets des réductions de leur impôt sur le revenu.

Qui peut bénéficier de la loi Pinel ?

Toutes personnes disposant d’un logement depuis moins de 12 mois qui réponds à plusieurs critères et souhaitant le louer à des particuliers dans le cadre d’une résidence principale, peut bénéficier de la loi Pinel.

Les critères concernant le logement sont :

Celui-ci devra se trouver dans une zone éligible par la loi Pinel, il devra aussi répondre aux normes concernant l’isolation de la réglementation thermique RT 2012, ou bien disposer d’un label de type BBC pour bâtiment à basse consommation, il devra aussi être neuf, rénové ou presque achevé, en effet une ancienne propriété n’est pas concernée par cette loi.

Les pièges à éviter d’un investissement Pinel

La loi Pinel permet un investissement très intéressant dans l’immobilier. Une réduction d’impôt pouvant aller jusqu’à 63 000 € sur un investissement de 300 000 € a rendu ce dispositif si populaire que le gouvernement l’a prolongé jusqu’en 2024.

Cet avantage fiscal attire beaucoup de personnes. Cependant, il est essentiel de s’abstenir d’éventuels pièges liés à l’investissement Pinel.

1- Ne pas se faire accompagner par un professionnel de l’immobilier

Pour investir sans faille, faites appel à un spécialiste. Dans le cadre du dispositif Pinel, cela n’est pas un simple conseil mais une condition essentielle pour réussir votre projet immobilier.

Un agent immobilier expérimenté ou un conseiller en gestion de patrimoine seront d’une grande aide pour finaliser le dossier de financement ou préparer votre déclaration fiscale. En effet, pour bénéficier de la réduction d’impôts, il faut être en règle avec l’administration fiscale.

Découvrez  Comment faire des bracelets brésiliens

Si vous investissez pour la première fois en Pinel, vous pouvez facilement commettre des erreurs stratégiques lors de votre déclaration de revenus. La mission du professionnel est de vous empêcher de faire des erreurs qui pourraient nuire à votre projet.

De plus, cet expert vous guide dans votre investissement pour adapter votre projet à votre budget et votre situation.

Se faire accompagner par un expert, c’est maximiser vos chances de réussite et éviter les arnaques Pinel qui circulent sur Internet.

2- Ne pas prendre en compte le plafond annuel des niches fiscales

En faisant appel à un expert, vous évitez une autre erreur fréquente : le seuil annuel des niches fiscales. Ce plafond peut être facilement omis par les investisseurs.

Cela peut avoir un impact significatif sur votre éligibilité à la déduction fiscale, qui est le principal avantage du dispositif Pinel.

Avant de vous engager dans un investissement, faites une estimation afin de connaître le montant de vos impôts.

Le plafond global de l’année des niches fiscales est fixé à 10 000 €. Notez que le crédit d’impôt Pinel est inclus dans ce calcul.

3- Ne pas négocier son crédit immobilier

Lors de l’établissement de votre prêt immobilier, pensez à comparer les offres de crédits disponibles et à négocier. Faire jouer la rivalité peut vous aider à obtenir un prêt plus avantageux.

Il y a deux périodes-clés pour négocier et il est indispensable de ne pas laisser passer l’opportunité. Les taux d’intérêt peuvent changer selon la période et même s’ils sont bas, il est toujours possible de négocier.

Après la signature du crédit, n’hésitez pas à le renégocier à la bonne occasion.

Astuce: Assurez-vous de bien préparer votre projet avec notre service de simulation sans frais.

Découvrez  Comment porter bébé en écharpe ?

Les spécialistes vous assistent dans vos projets d’investissement selon la loi Pinel.

4- Ne pas investir sur “un coup de tête” et en fonction d’un « coup de cœur »

Les investisseurs s’exposent à un danger commun lorsqu’ils investissent dans le cadre de la loi Pinel. Rappelez-vous que l’investissement Pinel est un placement et non une propriété à habiter.

Les sentiments personnels ne doivent pas entrer en ligne de compte lors de l’investissement dans un immeuble locatif. Il faut privilégier des villes attrayantes avec une bonne accessibilité et se renseigner sur le type de locataire le plus courant. Le but est d’être rentable.

Les critiques négatives concernant un investissement Pinel sont souvent le résultat d’une transaction impulsive ou d’un projet immobilier mal conçu.

N’oubliez pas que l’acquisition d’un bien à louer doit s’inscrire dans une stratégie patrimoniale plus large. Investir dans le cadre de la loi Pinel ne signifie pas non plus devenir riche ou d’acheter une résidence secondaire.

5- Ne pas évaluer la rentabilité locative de votre investissement Pinel

Pour maximiser vos bénéfices, prévoyez d’acquérir un logement facile à louer en Pinel. Dans les villes admissibles au dispositif Pinel, ce sont les studios et les appartements de deux pièces qui se vendent le plus rapidement.

En achetant ce type de propriété, vous avez plus de chances d’obtenir une rentabilité locative importante. Évaluez les loyers potentiels et votre réduction d’impôt afin de connaître le montant exact de vos gains.

Gardez à l’esprit que les loyers sont plafonnés en fonction de la région par la loi Pinel. Votre rendement locatif dépend donc de la ville sélectionnée pour votre projet.

Préparez bien votre projet et d’envisager toutes les possibilités pour éviter les pièges.

En effet, lorsque l’on examine les avis défavorables des investisseurs Pinel, on constate souvent que cette opinion résulte d’une mauvaise analyse du dispositif et de ses capacités.

Découvrez  Enclos pour chien : quelles sont les critères de sélection ?

6- Ne pas sous-estimer l’engagement Pinel

L’acquisition d’un bien immobilier est une décision significative et investir en Pinel est une option qui implique des conséquences importantes.

Ne vous lancez donc pas dans cet engagement à la légère. En effet, afin de bénéficier de l’avantage fiscal, le propriétaire doit louer le bien immobilier pour une durée déterminée à l’avance: 6, 9 ou 12 ans. Une fois l’accord scellé, il est tenu de le respecter jusqu’à son terme.

Dans le cas contraire, le propriétaire-bailleur perd la réduction fiscale et doit rembourser les avantages déjà obtenus. Avant de s’engager, il est important de réfléchir à l’investissement et aux conditions liées au dispositif Pinel, qui s’applique uniquement aux biens neufs situés dans des zones définies.

Il faut acquérir en connaissant les critères du dispositif Pinel peut aider à éviter de mauvaises surprises.

Pinel après Pinel : que faire à la fin de l’engagement ?

À la fin de l’engagement, l’investisseur doit évaluer sa situation. Est-ce que cela est rentable ? Est-ce que c’est encore avantageux une fois que la défiscalisation est achevée ?

Ces interrogations sont essentielles et doivent être vite résolues car elles peuvent aider à déterminer la durée du contrat à l’instant de l’acquisition. Si le contrat est arrivé à expiration, le spéculateur peut choisir de prolonger la location.

Lorsque vous avez loué votre appartement Pinel pendant six années, vous pouvez encore le faire pour une période de 3 années, jusqu’à deux fois. Il est aussi possible d’étendre votre engagement locatif à 9 ou 12 années au total, et ainsi bénéficier de votre réduction d’impôt.

Cette solution peut être intéressante pour les investisseurs qui hésitent. Si vous avez opté pour une longue durée dès le début, une fois arrivé à terme, vous pouvez louer votre bien en dehors du dispositif Pinel.

Une autre possibilité est de vendre le bien et ainsi mettre fin aux obligations liées à l’investissement locatif. Enfin, le dernier choix est de conserver le bien et de l’habiter. Vous augmenterez ainsi votre patrimoine immobilier et préparerez votre retraite.